Une conquête : Marseille attractive et moderne

Une politique économique ne peut se limiter à deux zones franches, aux retombées du tourisme de masse, à l’immobilier à outrance et à l’implantation de centres commerciaux qui tuent nos commerces de proximité.

Marseille dispose de nombreux atouts qui doivent lui permettre de devenir ce qu’elle devrait être depuis longtemps, c’est-à- dire la Capitale Euroméditerranéene qui rayonne sur l’ensemble de l’arc méditerranéen.

Les réformes structurelles :

92) Un Conseil de Développement Économique composé des décideurs et acteurs économiques, aménageurs, des responsables de formation et des partenaires sociaux sera créé et se réunira trimestriellement

93) Un schéma directeur de l’accueil, de l’accompagnement et du développement des entreprises sera établi

94) Un réseau de pépinières d’entreprises sera mis en place

95) Une Chambre de commerce et d’industrie de la Méditerranée verra le jour pour organiser et faciliter nos relations commerciales avec les Régions et les principales villes de l’arc méditerranéen.

96) L’Établissement foncier municipal sera chargé d’acquérir les fonciers stratégiques pour créer les nouvelles zones d’activités économiques

97) L’objectif « Marseille Smart-city » sera redynamisé et intensifié

98) L’économie verte, circulaire, sociale et solidaire sera soutenue sous toutes ces formes au travers d’un label « EVCSSplus »

99) Le développement de l’agriculture urbaine sera soutenu. La mise en place de circuits courts avec les restaurateurs marseillais sera encouragée

100) Les Missions locales verront leurs moyens renforcés pour permettre un accompagnement des jeunes demandeurs d’emplois plus performant et plus en lien avec les besoins de l’économie locale

Les réformes sectorielles :

Activités portuaires et maritimes :

Marseille a la chance de disposer de l’une des plus belles façades maritimes au monde et d’un Port qui lui permet un rayonnement international. Notre emplacement géographique fait surtout de Marseille le débouché naturel de l’Europe vers le continent africain, notamment vers l’Afrique du nord.

101) Un pôle d’excellence des métiers de l’économie de la mer sera créé à Saumaty : activités de haute technologie liées à la croissance bleue, activités de plaisance et de nautisme, pêche, sécurité côtière, aquaculture, formation aux métiers de la mer…

102) Un plan municipal « objectif naval » sera lancé afin de faire de Marseille, autour de la forme 10, une des plus grandes plateformes méditerranéenne de réparation et d’entretien des bateaux de grande taille. La création et l’installation d’entreprises de second œuvre liées à ces métiers seront encouragées et soutenues

103) La création d’un centre de formation professionnelle accélérée des métiers de la mer sera soutenue

104) Marseille organisera et recevra le Forum mondial de l’économie portuaire qui rassemblera les principaux armateurs mondiaux, les croisiéristes, les grandes entreprises de l’industrie portuaire et de l’activité maritime, un workshop… afin de renforcer son attractivité à l’international.

Commerce et tourisme :

Marseille a la chance de capter un flux de touristes important qui devrait constituer un atout primordial pour notre économie locale. Or, nous nous apercevons que les retombées économiques ne sont pas forcément au rendez-vous pour nos commerçants de proximité. En matière de tourisme de masse, nous pouvons dire que nous avons les inconvénients sans avoir les avantages ! Les bateaux de croisière, tout en nous polluant allègrement, déversent leurs milliers de passagers pour la journée qui, après être montés dans des cars pour faire le tour de la ville, remontent sur leur bateau pour une nouvelle destination. Nous devons essayer de séduire une autre catégorie de touristes, relevant d’un tourisme plus vert, davantage tourné vers notre formidable potentiel naturel et notre patrimoine mais aussi en renforçant notre tourisme d’affaires, de congrès ou culturel.

105) Le tourisme d’affaires sera piloté par un opérateur unique qui sera l’interlocuteur clairement identifié pour tous les équipements d’accueil

106) Le « tourisme vert » autour de la découverte de nos sites naturels remarquables sera mis en valeur et encouragé. Une Maison du Parc National des Calanques sera créée.

107) Le tourisme culturel sera également privilégié avec la création d’évènements culturels nationaux et internationaux qui auront vocation à devenir des rendez-vous réguliers et attractifs : Biennale des arts contemporains, Festival international des cultures urbaines…

108) La construction d’auberges de jeunesse et de camping sera favorisée pour élargir notre offre d’hébergement pour tous.

S’agissant du commerce de proximité, nos commerçants ont été pénalisés depuis des années par une politique incompréhensible de la majorité municipale qui n’a fait que favoriser l’installation de grands centres commerciaux à la périphérie de la ville vidant ainsi le centre-ville et les noyaux villageois de leur attractivité. Il faut au contraire soutenir fortement nos petits commerçants qui participent à l’animation de notre ville, créent du lien social et sont souvent créateurs d’emplois dans notre économie locale.

109) Aucun centre commercial ni aucune grande surface commerciale ne sera installé à Marseille pendant mon mandat de maire

110) L’installation de petits commerces dans nos noyaux villageois sera encouragée et soutenue par des dispositifs spécifiques et adaptés

111) La DUP (déclaration d’utilité publique) sera renforcée dans le centre-ville afin que l’installation des commerces soit mieux contrôlée et mieux encadrée

112) Les associations de commerçants seront aidées dans le cadre de l’organisation d’animations et de moments festifs dans nos principales rues commerçantes

113) La sécurité des principaux axes commerçants sera renforcée grâce à la présence de la police municipale dont les effectifs seront doublés et implantés dans chaque arrondissement de Marseille

114) Le dispositif « bouton sécurité commerçants » pourra être installé chez les commerçants volontaires comme cela existe dans d’autres villes comme par exemple Nice

Économie du numérique :

Les métiers du numérique sont souvent des emplois à haute valeur ajoutée qui sont encore amenés à se développer de façon importante dans les années à venir. Ce sont souvent des emplois qui attirent les jeunes générations et qui ouvrent un champ des possibles jusqu’à là insoupçonnés pour de nombreux jeunes. Nous devons donc tout faire pour favoriser la création et l’implantation des entreprises qui sont souvent de petites structures créées sous forme de start-up.

115) Un quartier dédié à l’économie numérique sera créé dans le quartier de la gare Saint-Charles ou autour de la Friche de la belle de mai

116) En partenariat avec les opérateurs majeurs de la filière, un projet d’École internationale des Métiers du Numérique sera étudié sur le même site afin de donner naissance à un Pôle d’excellence du Numérique

117) Une Agence municipale du développement de l’Économie numérique sera créée afin de faire de Marseille une plateforme nationale et internationale des métiers du numérique

Économie de la transition écologique :

Nous le savons tous, au-delà d’une nécessité évidente et indispensable, la transition écologique va permettre l’apparition de nouveaux métiers qui pourraient avoir un impact fort sur notre économie locale. Marseille ne doit pas rater ce tournant et il nous appartient d’anticiper ces mutations.

118) Un programme municipal de soutien aux métiers de la transition écologique sera mis en place afin de soutenir l’implantation de nouvelles entreprises de ce secteur

119) Un pôle des énergies renouvelables sera créé mutualisant centre de formation professionnelle et centre de recherche sur les nouvelles technologies de la filière.

120) Un dispositif d’aide aux start-up travaillant dans les énergies renouvelables sera mis en place car ce secteur peut-être porteur en matière de création d’emplois