Une exigence : le retour à l’autorité et une gouvernance renouvelée

La mairie de Marseille doit se remettre en ordre de marche pour apporter à ses habitants la qualité des services publics qu’ils sont en droit d’attendre. Notre ville a plus que jamais besoin d’autorité, de choix clairs, justes, équitables et transparents pour sortir des compromis qui l’étouffent, des arrangements et des passe-droits qui la rongent et du laisser-aller et de l’inertie qui la paralysent.

Cette nouvelle gouvernance devra s’appuyer sur 5 piliers : l’autorité, la proximité, l’équité, la transparence et la participation citoyenne.

Autorité, équité et transparence :

1) Je serai un maire à plein temps consacrant toute son énergie et son action à m’occuper de ma ville. L’autorité ne peut s’exercer qu’au travers du travail, de la présence sur le terrain, de la connaissance des dossiers, du vécu de la réalité de la ville.

2) Je prends l’engagement de ne pas faire plus de 2 mandats de maire.

3) Je serai un maire responsable et comptable de la qualité des services publics municipaux. Une Charte Qualité pour l’Amélioration du Service Public Municipal sera créée fixant des règles claires et précises pour l’accueil de la population, pour les délais de réponses aux courriers, pour la rapidité de traitements des dossiers…

4) Je procèderai à une réorganisation en profondeur des services municipaux avec une exigence et un impératif absolu de remobilisation des agents. La très grande majorité des 12 000 agents municipaux sont consciencieux, dévoués et volontaires. Mais faute de directives claires, d’organisation hiérarchique rationnelle, de management juste et équitable, de politiques publiques municipales lisibles, beaucoup sont aujourd’hui démotivés et désabusés. Un des grands défis du mandat sera de remettre l’Administration municipale en ordre de marche autour d’un projet collectif partagé et au service des marseillaises et des marseillais.

5) Une Conférence sociale présidée par le maire se tiendra 1 fois par an en présence de l’ensemble des syndicats et des représentants du personnel afin de maintenir un dialogue social équilibré. Les promotions internes s’effectueront selon des critères justes et transparents de manière à garantir à chacun une égalité de traitement dans l’avancement des carrières.

6) Je mettrai en place une Commission de Contrôle et de Transparence de la Vie Municipale. Présidée par une personnalité civile faisant autorité, cette commission pourra s’appuyée sur une Inspection générale des services municipaux qui, contrairement à aujourd’hui, disposera des moyens nécessaires pour mener à bien sa mission de contrôle.

7) Je mettrai en place, dans le but de la généraliser, la pratique du dossier anonyme pour l’attribution des logements et des places en crèche.

8) Je mettrai fin, comme je l’ai fait depuis 2008 dans ma mairie de secteur, aux cérémonies des vœux qui sont couteuses et inutiles. Une économie d’environ 500 000 euros par an pourra être ainsi réalisée.

9) Les moyens mis à la disposition des élus dans le cadre de leur mandat (Chauffeurs, secrétariat, collaborateurs…) seront revus à la baisse et rationalisés.

Proximité et participation citoyenne :

10) Je réunirai les maires de secteur une fois par trimestre qu’ils soient de la majorité municipale ou non, afin de suivre au plus près les dossiers de tous les arrondissements. Ces réunions se tiendront de façon alternée dans chacune des mairies de secteur de manière à ce que le maire de Marseille et les autres maires de secteurs se rendent régulièrement dans tous les arrondissements de la ville.

11) J’organiserai chaque année des bilans de mandat dans chaque secteur de la ville afin de présenter aux habitants les dossiers, les réalisations et les projets en cours. Ces moments seront un moment d’échanges direct entre les marseillaises, les marseillais et leur maire. Ces réunions pourront être suivies par tous ceux qui le souhaitent grâce à leur dématérialisation.

12) Je souhaite que le maire de Marseille récupère la compétence de la Propreté Urbaine et du nettoiement alors que la Métropole conservera la collecte des ordures ménagères. Cette question de la propreté de nos rues est un sujet qui empoisonne la vie des marseillais. Il ne peut être réglé que dans la proximité et au plus près du terrain. Le maire de Marseille doit en avoir la responsabilité dans un lien étroit avec les maires de secteur.

13) J’installerai des Conseils de Surveillance de la Propreté Urbaine (CSPU) dans chaque secteur municipal de la ville. Ces conseils de surveillance de la Propreté Urbaine se réuniront une fois par mois sous la Présidence conjointe du Maire de secteur et de l’Adjoint à la Propreté de la Mairie centrale en présence de l’ensemble des services concernés, des entreprises délégataires, des représentants des Comités de quartiers.

14) Je mettrai en place les Brigades d’Intervention Rapide pour « les petits travaux d’entretien». Ces Brigades seront placées sous la responsabilité des mairies de secteurs afin qu’elles puissent intervenir plus rapidement et dans une plus grande proximité pour des petits travaux d’entretien (voiries, écoles, équipements sportifs, culturels…). Cela permettra d’intervenir plus vite et avant que les dégâts ne s’aggravent et ne deviennent plus compliqués et plus chers à réparer.

15) J’étendrai les compétences et les plages horaires d’ouverture des bureaux de proximité municipaux afin de mieux les adapter aux besoins de la population et à la disponibilité des gens qui travaillent.

16) Je créerai un Comité Exécutif des Cités et des Grands Ensembles de Marseille. Présidé par le maire, regroupant les services de la mairie concernés, les bailleurs, les acteurs de la politique de la ville, les acteurs pédagogiques et sociaux, les responsables associatifs et des représentants des habitants, cet outil municipal aura pour mission d’évaluer et de mobiliser les politiques publiques menées sur ces territoires, d’instaurer un suivi précis et régulier de l’évolution et de l’entretien des logements, parties communes et espaces privés du parc immobilier des bailleurs, de renforcer et de soutenir les activités éducatives, pédagogiques, sportives et culturelles, de définir et d’assurer la mise en œuvre d’actions spécifiques.

17) Je mettrai en place un « Conseil Citoyen Economique, Social et Environnemental ». Composé de 101 membres comme le Conseil Municipal et présidée par une personnalité qualifiée, ce CCESE regroupera pour les trois-quarts des forces vives de la ville (économique, universitaire, scolaires, associatives…) et pour un tiers des habitants tirés au sort et représentants chaque secteur de la ville. Ce conseil sera doté d’un budget propre lui permettant de mener des actions.

18) J’instaurerai le Conseil municipal d’initiative communal : si une pétition recueille la signature de 10% des habitants inscrits sur les listes électorales, un conseil municipal extraordinaire sera organisé sur cette question.

19) Je donnerai la parole aux Marseillaises et aux Marseillais en organisant des référendums locaux sur les grands dossiers de la ville qui concernent tous les habitants.

20) J’octroierai un budget participatif aux Comité d’intérêt de Quartier afin qu’ils conduisent des opérations de vivre-ensemble et de lien social au sein de leur quartier respectif.

21) Je rendrai les données de la ville publiques et accessibles grâce la création d’un site Open Data.

22) Je prends l’engagement de ne pas augmenter la part communale de la fiscalité locale durant mon mandat. Les marseillaises et les marseillais sont assommés par des impôts locaux non seulement chers mais en plus injustes car ils ne bénéficient pas de services publics municipaux à la hauteur de ce qu’ils sont en droit d’attendre. En réalité, les habitants de notre ville subissent une double peine : ils paient des impôts très élevés mais ils ont leurs rues sales et cabossées, des transports en commun sous dimensionnés, des écoles dans un état déplorable, des piscines en nombre insuffisant et mal entretenues, des équipements sportifs, culturels et sociaux souvent délabrés…